UNE CHAISE BLEUE

 C’est une chaise bleue
Qui est un peu commère :
Elle nous fait des aveux
En regardant la mer.

Combien de visiteurs
A-t-elle vu s’assoir ?
Du matinal lecteur
Au promeneur du soir…

L’amoureux qui attend
Impatiemment sa belle
Partie depuis longtemps
Pour suivre un autre appel.

La dame presqu’immortelle
Avec son compagnon :
Un chien aussi vieux qu’elle
Et tout aussi grognon.

L’Italien en costume
Qui parle avec ses mains,
Car telle est la coutume
De nos chers transalpins.

Le niçois indécis
Qui mange la socca
Et aussi les farcis
Et puis le pan bagnat !

Le couple qui se presse
Sans trop savoir pourquoi.
Elle qui parle sans cesse,
Et lui qui reste coi.

 La femme court vêtue
Que les hommes regardent,
Exposant sa vertu
Si elle n’y prend pas garde.

Le vieux couperosé
A cause du soleil
Ou du petit rosé
Qu’il a dans sa bouteille.

La touriste allemande
Qui aime les pâtisseries.
Elle est vraiment gourmande,
Proclame son mari !

Le sportif épuisé,
Qui cherche un réconfort
Sur sa chaise, apaisé
Après autant d’effort.

Le jeune un peu paumé,
Son casque sur la tête.
Peut-être un peu camé,
Caché sous sa casquette.

Le clochard philosophe
En manteau tout râpeux,
Et qui vous apostrophe
Pour discuter un peu.

La mouette, quel gâchis,
Qui vomit son poisson
Sur la chaise qu’elle conchie
Avec application.

© Michel Bordes, 2019
michel[at]bordes.info